mardi 7 janvier 2014

Dans la peau d'une ... Autre !!





                                    
  






Je suis assise devant cet homme à la djellaba blanche, j’entends ce qu’il dit mais je n’écoute pas, mon corps est là mais ma tête est ailleurs … les images de mon enfance défilent devant mes yeux, mes rêves de gamine et ceux de jeune fille se croisent … Tout les regards sont posés sur moi … Évidemment, je suis la star de cette soirée … je regarde   à mon tour …

Mon papa en premier, je le vois fier comme un coq,  serein et content de mon choix … ses yeux brillent comme jamais, des larmes d’émotions et d’amour …

J’observe ma mère, émue et heureuse … comme toute maman en ces moments… Elle  jette un œil à tous les présents, comme si elle a envie de leur dire …  Regardez comme elle est si radieuse ma fille… et je devine qu’elle est entrain de lire des sourates du coran et de prier Dieu  en silence … Pour mon bonheur

Je dévisage vaguement les présents, mes tantes, oncles, cousins, cousines, et amies… je me demande bien ce qui se passe dans la tête de chacun … que pensent-ils en ce moment ? Ils sont heureux pour moi comme ils le montrent ? Ou demain matin chacun d’eux fera un nouveau commentaire et donnera sa propre analyse ?
                                             

                                              Benti, tu signe ?


Je contemple cet homme assis à mes cotés en costard noir bien taillé, une barbe rasé, et très bien parfumé … cet homme que j’ai choisi moi- même et qui m’a choisi de son plein gré... Cet homme que j’aime de tout mon cœur, qui a changé des choses en moi et en qui j’ai changé des choses … cet homme à la posture droite, au regard vif …

Il y a  juste quelques heures j’étais la petite fille chérie de son papa, la chouchoutée de la famille  … j’étais celle à qui on pardonne toute erreur et toute bêtise en disant : Elle est encore jeune, elle finira par se raisonner un jour …

Et ce jour est venu, une signature suffira pour que je grimpe de fille à femme … pour que j’assume des responsabilités … Que je m’occupe d’une maison, d’un homme, de son bien être et de son ventre Merci maman pour ces cours accélérés , que j’apprenne à dire des phrases de « swab » purement marocaine, que je m’adapte à ma nouvelle famille , qui est celle de mon homme … Que je sache me faire accepter et aimer … que je sache que ma vie ne sera  pas toujours rose, qu’il y aura des moments difficiles …  que je dois prouver que je ne suis plus la  fille gâtée mais la femme adulte
                                            

                C’est ici que tu dois signer                                


Je lève ma tête, et mon regard croise celui de mon homme … cet homme qui me procure la sécurité, la sincérité, la confiance en un avenir meilleur …

Et je suis plus certaine que jamais  que c’est avec cet homme que je veux achever ma vie … c’est à coté de lui que je veux vieillir …  Et que tant qu’on est ensemble, rien absolument rien ne me fera peur

J’ai signé , et avant de reposer mon stylo, je sens son bisou sur mon front, j’entends son « mebrouk » dans mes oreilles …Sa bague autour de mon doigt... les youyous, une maman en larme, un papa émotionné… ... Le rêve est concrétisé  je suis sienne et il est mien



Une KaRaMeLiTa … Dans la peau d’une autre !!

jeudi 2 janvier 2014

I'll Be There for ... You !!


  


 

                                              
 

                                                    


  • Tu me promets une chose ?
  •  Ouii … Quoi ?
  •  Que je me marie, que j’aie des enfants, qu’ils quittent la maison, que je devienne une grand-mère  Elégante, et puis une grand-mère râleuse …
  •  Ah, parce que toi tu va attendre d’être grand-mère pour râler !! à qui tu es entrain de mentir ?
  •  D’accord, Que je devienne une grand-mère tout court ,  parce que râleuse je le suis depuis la nuit des temps … Et je n’ai pas la moindre intention de changer  … Tu me laisse finir maintenant !
  • Ok, ok vas-y !!
  • Que tu te marie , que tu aies une petite famille , des enfants que j’enfermerai au placard  pour un oui ou un non , que j’adorerai voyons … Qu’on se prennent la tête, qu’on se disputent, qu’on se critiquent , que tu me sortent mes quatre vérités en face … et que je te traite de tout les noms avec la seule envie de te jeter du 5éme étage ( Bon ok ! c’est un peu abusé, déjà parce que je n’habite pas au 5éme , que tu n’habite pas au 5éme non plus … et que ceci risque de faire plus de mal que désiré … Donc disant du 2éme étages )  


   Promet moi que notre amitié durera jusqu'à la fin de nos jours  


  •     Promis, juré … est ce que j’ai le choix déjà !!

j'ai pas mal de fois pensé à une phrase, dite un jour par un professeur que j’admirais  et que j’admire toujours d’ailleurs :  « Les amis, vous vous les faites à l’école , les vraies amitiés sont celles tissés dans une salle de cours … Les gens rencontrés par la suite, ne seront jamais de vrais amis , ils seront des collègues, connaissances … Mais jamais des confidents » … Sauf que je me suis rendue compte que cette phrase n’est pas toujours vraie … Que la vie nous fais rencontrer des gens qu’on aime de cet amour incompréhensible et qu’on est plus que certain qu’ils nous aiment au retour sans raison, sans but, et sans le moindre intérêt … Ils nous aiment de cet amour qu’on nomme Amitié  avec un grand A 


Des gens qu’on a envie de garder  à nos cotés, pas comme amants, chéris, ou mari …. Mais juste comme ils sont pour nous et ce qu’on représente pour eux …
   
Ces amis  ou cet ami, qui n’hésitera pas à nous dire ce qu’il pense, ni à nous engueuler et gronder … Parce que derrière cette nervosité , il y a une inquiétude , une envie de nous protéger ,  une envie de nous voir heureuse et joyeuse
   
Cet ami avec qui, on peut se disputer la veille, mais  se reparler le matin comme si de rien n’été …  Pas parce qu’on s’est excusé, ni parce qu’il s’est excusé … Mais parce que sa devise (que j’ai fini par adopter) : Nous, on se  dispute, on se prend la tête mais … On ne se fâche pas
 

Et le  jour ou  mes enfants me demanderont si l’amitié entre homme et femme existe, je leurs  rappellerai ton nom, je dirai que ce vieux monsieur au dos courbé, visage ridé et voix tremblante Quel image  que vous appelez tonton n’est pas mon frère de sang, mais il est mon ami … Et ça … ça n’a pas du tout de prix



    Une KaRaMeLiTa …  Confiante